< Saison 11.12

Nevsky

 
Dimitri Chostakovitch Suite de ballet n° 1


 
Béla Bartók Concerto pour violon et orchestre n° 2


 
Serge Prokofiev Alexandre Nevsky - cantate op. 78


Où et quand voir

Nevsky

Bartók par Sokolov : une rencontre flamboyante
 
Fasciné par la Révolution hongroise de 1848 et nationaliste convaincu, Béla Bartók n’a eu de cesse de compiler la musique populaire hongroise. Il se fait connaître avec Kossuth, poème symphonique à la gloire d’un héros du peuple… Mais l’exaltation patriotique de Bartók sait, comme celles de Prokofiev et Chostakovitch, se teinter d’ironie. En 1937-38, Bartók a abandonné les fresques épiques et compose à la demande de son ami, le violoniste Zoltan Székely, un concerto d’une extrême virtuosité. Au même moment, à la grande époque de la Russie soviétique, la musique fait partie de la propagande destinée à glorifier le nouvel ordre communiste et empreinte à nouveau au folklore. D’où ces pages pleines d’élan qui, encore aujourd’hui, fascinent par leur capacité à s’adresser au peuple autant qu’aux connaisseurs. Prokofiev avait choisi d’être parmi les « héros compositeurs » qui mettaient leur talent au service d’une Russie engagée dans l’effort de guerre contre le fascisme. Sa cantate Alexandre Nevsky est à l’origine une musique destinée à accompagner le magnifique film d’Eisenstein. On y raconte au Moyen Âge la lutte du peuple russe résistant à l’invasion des cruels chevaliers allemands. La musique est un chef-d’œuvre absolu de style épique : le chœur et l’orchestre se joignent dans un grand élan collectif pour symboliser l’ardeur du peuple russe. Dimitri Chostakovitch choisit quant à lui une autre manière de s’adresser à tous en inventant, comme dans sa Suite de ballet n° 1, un style proche du divertissement : ce que les compositeurs de son temps définissaient comme une musique « légèrement sérieuse » ou « sérieusement légère »…
 
---
Lumière sur le concert à 19h, salle Pleyel
conférence gratuite réservée aux spectateurs
«Alexandre Nevsky, une oeuvre au service de la propagande soviétique»
---
 

Nevsky