< Saison 14.15 à Paris

Héroïque

Puissance, élégance, émotion

 
Camille Pépin Vajrayāna

Lauréate Île de créations 2015

 
Wolfgang Amadeus Mozart Concerto n°26 en ré majeur du "Couronnement" K 537 
Ludwig van Beethoven Symphonie n°3 en mi bémol majeur "Héroïque" op.55


Où et quand voir

Héroïque

En musique, le premier compositeur à se présenter ouvertement comme un génie romantique fut Beethoven. Surtout après avoir découvert brutalement, en 1802, que sa surdité naissante allait devenir un handicap irréversible. Quel tour de force quand il décida alors de transcender le pire handicap pour un musicien ! Son but était extrême : se saisir d’une faiblesse pour se trouver une nouvelle force, dépassant tout ce qui avait été inventé.
 
Dans cette période, la figure de Bonaparte le fascine : ce général français, si jeune, prêt à tout, s’appuyant sur l’élan de la Révolution française pour tenter de créer un nouveau modèle de société, totalement moderne pour l’époque. Beethoven lui dédie sa Symphonie n° 3, la sous-titrant « Héroïque ». Puis Bonaparte se fait sacrer empereur, renie ses idéaux révolutionnaires et annonce vouloir envahir l’Europe… Beethoven raye alors rageusement cette dédicace sur son manuscrit. Le mouvement lent – une marche funèbre – devient un hymne au héros perdu. Mais l’histoire a gardé en mémoire ce lien entre les deux héros romantiques. La musique en porte aussi la trace : jamais une symphonie n’avait jusqu’alors exprimé autant de puissance et d’émotion.
 

Ce concert est soutenu par Musique nouvelle en liberté

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This