< Saison 19.20

Festival Berlioz

Festival Berlioz

 
Ludwig van Beethoven Symphonie n°3 «Héroïque» 
Richard Strauss Une Vie de héros

Où et quand voir

Festival Berlioz

Lorsque le grand chef d’orchestre français François-Antoine Habeneck fait découvrir les symphonies de Beethoven au public parisien à la tête de la Société des concerts du Conservatoire à partir de 1828, la critique de l’époque trouva cette musique « bizarre », « hérissées de modulations dures et d’harmonies sauvages », « d’une expression outrée », « trop bruyante »… Berlioz s’en imprégna et plaçait même la Symphonie héroïque au plus haut de toutes les conceptions du compositeur, « par sa pensée, son style si nerveux, sa forme poétique si constamment élevée ». Il écrit même avoir toujours été dominé par « un sentiment de tristesse grave et pour ainsi dire antique » pendant l’exécution de cette symphonie. Et c’est bien dans cette conception poétique de l’art musical qu’il continuera à œuvrer à la suite de Beethoven. Une conception toujours présente dans les poèmes symphoniques de Franz Liszt, puis dans ceux de Richard Strauss, à commencer par Une vie de héros (1898) dont le traitement orchestral tire tout l’enseignement du Traité d’orchestration de Berlioz, que le compositeur allemand connaissait depuis son adolescence et dont il allait publier sa propre révision en 1909.