< Saison 19.20

Festival de musique classique

Festival de musique classique

Concert de clôture du premier festival de musique classique de Montreuil

 
Camille Saint-Saëns Concerto pour violoncelle n° 1 en la mineur 
Ludwig van Beethoven Symphonie n°3 en mi bémol majeur « Sinfonia Eroica »

Case ScaglioneGautier Capuçon

Où et quand voir

Festival de musique classique

Camille Saint-Saëns a pris un plaisir fou à composer dans tous les genres musicaux, lyrique et symphonique, et dans tous les domaines, que ce soit celui de l’intimité de la musique de chambre ou celui de l’extravagance de la scène d’opéra, laissant son imagination mélodique et sa verve rythmique produire des chefs-d’œuvre dans chacun de ces registres, depuis la Bacchanale de Samson et Dalila jusqu’au Cygne du Carnaval des animaux. Mais s’il est un genre qu’il préfère par-dessus tout, c’est celui du concerto de soliste qui permet à la virtuosité de briller, d’étendre les ressources des instruments, de donner à l’artiste des ailes à l’aide desquelles « il échappe au terre à terre et à la platitude » : « Le solo de concert, écrit-il en 1904, est un rôle, qui doit être conçu et rendu par le musicien comme un personnage dramatique ». Et les irruptions de thèmes autant que le cantabile des mélodies du Concerto pour violoncelle n° 1 (1873) permettent justement à l’artiste d’endosser cet habit de scène. Le dramatisme évoqué par Saint-Saëns est provoqué par la tension du discours, par les contrastes du langage, par les figures de style variées et surprenantes : autant de caractéristiques que le compositeur français aimait à relever dans les partitions de Beethoven dont il admirait la force autant que la profondeur d’expression, estimant en 1911 que la Troisième Symphonie (1805) se trouvait justement être la plus « révolutionnaire » de toutes les symphonies du colosse romantique.