< Saison 19.20

Ange et démons

Ange et démons

Envolée divine sous la baguette de Case Scaglione

 
György Ligeti Concerto pour violon 
Gustav Mahler Symphonie n°4 en sol majeur

Direction Case ScaglioneViolon Michael BarenboimSoprano Ruby Hughes

Où et quand voir

Ange et démons

Ce sont tous les visages de l’histoire du violon qui intéressent le compositeur hongrois György Ligeti, et qu’il présente dans son Concerto achevé en 1992. Dans cette vaste composition, le violon retrouve ses origines rustiques et virtuoses sans jamais rompre avec la mélodie et le lyrisme : il est capricieux (Paganini), voire diabolique (Stravinski), dansant voire grinçant, mais sait aussi s’élever vers le registre de l’émotion. Ligeti joue sur les contraires et les juxtapositions de techniques de jeu très variées : les atmosphères opposées sont renforcées par un orchestre enrichi de nouveaux coloris (par exemple avec la présence des ocarinas, des flûtes à bec et de la flûte à coulisse). Dans sa Symphonie n° 4 (1900), Gustav Mahler fait lui aussi appel à des instruments rustiques, comme par exemple les cloches villageoises. Le scherzo de cette œuvre est surprenant. La musique devient grotesque et désarticulée, avec un violon accordé un ton plus haut : « C’est le violon du diable qui mène le bal ! », selon les propres mots du compositeur. On passe de l’effroi à l’extase en atteignant le mouvement final où une soprano chante les joies de la vie céleste (Das himmlische Leben) : « Nulle musique sur terre n’est comparable à celle des anges ; les voix angéliques réchauffent les cœurs et tout s’éveille à la joie ! ».
 

 

_
PHILHARMONIE DE PARIS - Vendredi 22 mai
CLÉ D'ÉCOUTE À 19H45

Conférence présentée par Marc Dumont.
Gratuit sur présentation du billet du concert, dans la limite des places disponibles.